Quelques illustres antiques séries noires.

Frais de port inclu danc chaque prix. Donc remise importante pour plusieurs livres commandés. Pour commander, se renseigner, me dire bonjour ou recevoir le catalogue général: tontonhulk@hotmail.com

Amila Jean :

– Sans attendre Godot. 310 Be 1956 Px 15 Eur.

– La bonne tisane. 285. TBE 1955. Px 15 Eur.

Chandler Raymond :

–   La dame du lac. 8 1948. Edition brochée de 1948-etat correct- ouvrage présentable mais restauré soigneusement avec sparadrap blanc sur le pourtour de la couv et à la reliure interieure (si bien fait qu’on ne le voit que de près) RARISSIME Px 40 Eur.

Chase James Hadley :

–   le requiem des blondes. (raymond Marshall) 24 1949. Edition 1949. TBE Jaquette. Seul la reliure interne semble avoir été restaurée. PX 20 Eur.

– En trois coups de cuiller à pot. (Raymond Marshall) 20 1950 TBee. Px 20 Eur.

Gault William Campbell :

–   Le suaire enchanté. Be. Jaquette 1956 Px 12 Eur.

Goodis David :

–   Vendredi 13. 279. TBE jaquette 1955. Px 15 Eur.

–   Tirez sur le pianiste. TBE jaquette 1957. Px 15 Eur.

–   sans espoir de retour. 288. Be interieur soigneusement restauré. 1956 Px 12 Eur.

Hammet Dashiell :

–   Le faucon de Malte. 58-1950. Be Jaquette. Px 20 Eur.

–   La moisson rouge 56-1950 Be Jaquette Px 20 Eur.

–   L’introuvable 68 1950 Tbe Jaquette px 20 Eur.

–   Sang maudit. 71-1950-TBE Jaquette Px 20 Eur.

Mc Bain Ed :

–   Le fourgue. 383 Bon etat (jaquette gondolée). Px 14 Eur.

–  Du Balai. 341 1956 Px 14 Eur.

Mc Coy Horace :

–   Adieu la vie, Adieu l’amour. TBE avec jaquette- (Sans le N° imprimé sur la tranche) 1949. Px 20 Eur.

– Pertes et fracas. 171 Be. 1953. Px 12 Eur.

Matheson Richard :

–   Les seins de glaces. 254-TBE Jaquette. Px 20 Eur.

Thompson Jim :

–  Cent mètres de silence. 54- TBE jaquette.1950- Px 20 Eur.

Tracy Don :

–   Flash. 273 TBE 1955. Px 15 Eur.

Walker Gertrude :

–   A contre voie. 67 1950. Tbe Px 15 Eur.

Williams Charles :

–   Je t’attends au tournant. 246-Bon etat (interieur restauré) 1955. Px 15 Eur.

–   La mare aux diams. 334- TBE 1956 Px 15 Eur.

–   Peaux de bananes. 294-TBE-1956 Px 15 Eur.

 Image233 Image234 Image236 Image237

Publicités
Publié dans commerce | Laisser un commentaire

PARTITIONS CLASSIQUE ORCHESTRE.

orchestre

 

Frais de port inclu danc chaque prix. Donc remise importante pour plusieurs livres commandés. Pour commander, se renseigner, me dire bonjour ou recevoir le catalogue général: tontonhulk@hotmail.com

ANCELIN PIERRE :

–   Concert pour hautbois piano et cordes. Ed. Choudens. In 8 82p. Px 14 Eur.

ARMA PAUL :

–          Cinq transparences. Ed. Amphion. In 4 26p. Px 20 Eur.

–          Prismes sonores. Ed. Choudens. In 4 48p. Px 30 Eur.

ARNELL RICHARD :

–   Harpsichord Concertino. Op 51. In 4 106p. Cartonné. Px 50 Eur. (Hirichsen-Peters)

BANCQUART Alain :

–          Palimpsestes. Ed Jobert. In 4 50p. Px 12 Eur.

–          Jeux pour orchestre. Ed. Jobert. In 2(tres grand format). Px 70 Eur.

BIBALO ANTONIO :

–   Pitture astratte. Ed. Hansen. Gd In 4. 40p. Px 60 Eur.

BONDEVILLE Emmanuel :

– Illustrations pour faust. Durand Poche. Px 8 Eur.

BONDON Jacques :

–          Musique pour un autre monde. Ed. Choudens. Poche. 106p. Px 9 Eur.

–          Lumières et formes animées. Concerto pour cordes ; ED. Max Eschig. In 8 57p. Px 12 Eur.

–          Le taillis ensorcelé. Ed. Heugel In 16 88p. Px 18 Eur.

–          Giocoso . Ed. Transatlantique. In 12 38p. Px 8 Eur.

–          Concerto de Mars pour guitare et orchestre. Ed Max Eschig. 146p. Px 20 Eur.

BERLIOZ Hector:

–          La mort d’ophélie. In 4. Ed. Costallat (XIX° Deb. XX°) In 4 16 p. Px 20 Eur.

BRITTEN Benjamin:

–   The young person’s guide to the orchestra. Ed. Boosey/Hawkes. Gd format (40/25 cm)  Abimé. Px 30 eur.

BUCHT Gunnar :

–   Symfoni N°7 . Ed. Suecia. In 12 48p. Px 12 Eur.

CASANOVA ANDRE :

–          Anmorphoses pour orchestre. Joberrt. In 8 82p. 25 Eur.

–          Concerto pour violon et orchestre. Jobert In 8 Envoi. Px 30 Eur.

–          Notturno pour orchestre. Ricordi. In 8 104p. Px 18 Eur.

–          Ballade pour clarinette et orchestre. Ed. Ricordi. In 8 60p. Px 20 Eur.

CASELLA :

–   Concerto Op 56. Ricordi poche 128p. Px 10 Eur.

CASTEREDE Jacques :

–   La mythomane ou la femme et sa fable. ED. Rideau rouge. In 8 84p. Px 12 Eur. (2 ex)

CASTIGLIONI :

–   A solemn music II. Ed. Ars viva verlag. In 16 48p. 10 Eur.

CHARPENTIER JACQUES :

–          Prélude pour la genèse. Ed ; Leduc. In 8 16p. Px 9 Eur.

–          Sinfonia sacra pour le jour de paques In 8 28p. Px 15 Eur.

–          Concertino alla francese pour ondes Martenot percussion et orchestre à corde. Leduc ; In 16 36p. Px 15 Eur.

–          Symphonie brève. Leduc. Poche. 28p. (3 Ex.) Px 10 Eur.

CHAYNES Charles:

–          Symphonie pour orchestre. ED. Leduc. Poche. 190p. Px 14 Eur.

–          Expressions contrastées. Ed. Leduc. In 8 86p. Px 15 Eur.

–          Quatres illustrations pour la flute de jade. In 16 Ed. Leduc. 88p. Px 18 Eur.

COPLAND AARON:

–          Appalachian spring. Ed. Boosey/Hawkes. In 12 etat correct. Px 8 Eur.

–          Dance panel. Ed ; Boosey/Hawkes. In 16 . Px 10 Eur.

CORELLI Arcangelo :

–   Sarabanda, giga e badinerie. Ed. Broude brothers N.Y. In 4 10p. Px 8 Eur.

CORRETTE Michel:

–   6° concerto en Dm. Ed. Transatlantique. Coll. F. Oubradous. In 16 26p Px 8 Eur.

COUPERIN Francois:

–          Concert en Sol majeur. Huitième ordre. Coll. Fernand Oubradous. Ed. Transatlantique. In 16 44p. Px 8 Eur.

–          Les gouts réunis. Dixième ordre. Coll. F. Oubradous. Ed. Transatlantique. In 16  16p. Px 8 Eur.

DENISSOW EDISON :

–          Requiem. Ed. Sikorski 876 In 4 72p. Px 30 Eur.

–          Symphonie. Ed. Leduc. Gd format (40/30cm) 96p. Px 50 Eur.

DOHNANYI ERNO :

–   Ruralia hungarica. Op 32 B. Poche. ED. EMB Budapest.103p. Px 10 Eur.

DUPARC Henri:

–   Le manoir de Rosemonde. Ed. Salabert. In 8 16p. Px 20 Eur.

EBEN Petr:

–   Vox Clamantis. Ed. Panton Prague. In 8  120p. Px 14 Eur.

EGK Werner :

Französische suite. Schott. 4047. In 8 84p. Px 14 Eur.

FRANCAIX Jean:

–   Symphonie d’archets. Schott 4269. In 12. 58p. Px 10 Eur.

GINASTERA Alberto :

–   Pampeana N° 3. Ed. Barry (argentine). Poche. 58p. Px 10 Eur.

GRAENER :

–   Die flote von sanssouci. Op 88. Poche. Ed. Euleburg. 38p. Px 6 Eur.

GRETCHANINOFF A.:

–   Troisième symphonie en mi. Op 100. Belaieff 1931. Poche. 282p. Px 30 Eur.

GRIGORIU Theodor :

–   Oratorio. Canto per. Europa. Grand format In 2/In 4. ed. Muzicala Bucarest 1979. 146p. Px 80 Eur.

GRIEG Edvard:

–   Peer gynt Suite 1 Op 46. Ed Peters 2433. In 4. 40p. (salie). Px 15 Eur.

GUIRAUD ERNEST :

–   Caprice pour violon. In 12. Ed. Durand et fils. (Ancienne) 58p. Px 15 Eur.

HAENDEL G.F.:

–          Orgel Konzert N°1 (4/1). Schott 3826. Format A4. 40p. Px 20 Eur.

HARRIS Donald:

–          Ludus. Ed Jobert In 4 Px 20 Eur.

–          Ludus II Ed Jobert in 4 pax 20 Eur.

–          Symphonie en 2 mouv. Ed. Jobert In 4. Px 30 Eur.

HARSANYI :

   Divertimento N° 2. ED ; Salabert. In 16 Poche 40p. Px 10 Eur.

HARTMANN Karl Amadeus :

–          Symphonie N° 3 Schott 4273. Poche. 84p. Px 10 Eur.

–          Adagio (symph. N° 3) Schott 4405. 60p. Px 8 Eur

–          Gezangsszene. Schott 5506. In 12 99p. Px 15 Eur.

HASQUENOPH Pierre:

–          Pemière symphonie. Ed. Transatlantique In 12 110p. Px 15 Eur.

–          Deuxième symphonie. Ed. Choudens. In 12 74p. Px 12 Eur.

HENZE HANS WERNER:

–          Drei Dithyramben. Ed; SCHott 4597. Poche. 64p. Px 10 Eur.

–          2. Sinfonie. Schott 4402. In 12 58p. Px 12 Eur.

–          3. Sinfonies. Schott 4567 In 12 75p. Px 12 Eur

–          Sonata per archi. Schott 4591. In 12. 34p. Px 8 Eur.

–          Nachtstucke und Arien. Schott 4586. In 12 92p. Px 12 Eur.

–          Los Caprichos. Schott 5501 In 12 115p. Px 15 Eur.

–          Kammermusik 1958 Schott 4599. In 12 80p. Px 12 Eur.

HINDEMITH :

–          Konzertmusic. Schott poche 3502. 76p. Px 9 Eur.

–          Sinfonettiaen E ; Schott Poche 4070. 88p. Px 9 Eur.

–          Konzert for orchester. Schott poche. 3444 8àp. Px 9 Eur.

–          Kammermusik Op 36 N° 1 Ed Schott 3440 In 16 96p. Px 11 Eur

HIPPMANN SILVESTR :

–   Caslavska Suita. Op11. Prague. In 4 30p. 20 Eur.

HLOBIL  Emil :

–   Serenada pour orchestre. Hudebni. Prague. In 4 60p. Px 40 Eur.

HUMPERDINCK :

–   Hansel et Gretel. Ed. Eulenburg. Poche 38p. Px 5 Eur.

JOLIVET ANDRE :

–   Troisieme symphonie. Ed. Boosey/hawkes. 852. In 8 180p. Px 20 Eur.

JOSEPHS WILFRED :

–          Comedy overture « The ants » Op 7. In 12. 78p. Px 9 Eur.

KABELAC MILOSLAV:

–          Mysterium Casu. Op. 31. In 12. 120p. Px 15 Eur. (2)

KALABIS VIKTOR :

–          V° Symphonie. Ed. Panton. In 8. Px 15 Eur.

KELEMEN MILKO:

–   Improvisation concertantes pour cordes. Ed; Universale. In 4 36p. (petit accroc sur la couv.) Px 20 Eur.

KELKEL Manfred :

–   Ostinato. Ed. Trans. Poche 24p. Px 5 Eur.

KLEPPER Walter Mihai :

–   Mic concert. In 8 40p. (manqué couv.) Px 20 Eur.

KOMIVES JANOS:

–          Catéchisme de nuit. Ed. Jobert. Tres grand format (In 2) Px 70 Eur.

–          Concerto quatuor et orchestre. Ed. Jobert Tres grand format Px 70Eur.

KORTE Oldrich F. :

–   Pribeh fleten.  Ed. Statni hudebni Prague. In 8 86p. Px 30 Eur.

KUCERA VACLAV :

–   Krysar. Ed. Suprahon. Bratislava 1967. In 4 72p. Px 50 Eur.

JOLIVET ANDRE:

Suite française. In 4 Relié. 162p. 50 Eur.

LANDOWSKI Marcel :

–         Troisième symphonie en deux mouvements. Ed. Choudens. 74p. Petit In 8. Px 25 Eur.(2 Ex.)

–         Deuxième concerto pour piano et orchestre. Ed Choudens. 100p. Petit In 8 Px 25 Eur.

LESUR DANIEL :

–   Serenade. Ed. Ricordi. In 16 Poche.44p. Px 7 Eur.

LOUCHEUR Raymond :

– Rapsodie Malgache. Salabert. Poche. 98p. Px 10 Eur.

LUTOSLAWSKI W.

–   Variations symphoniques. Ed. Polonaise de musique. Gd In 4.45p. Px 50 Eur.

LUYTENS Elisabeth :

Music for orchestra 2. Ed ; Schott. (10878). Petit In 8 58p. Px 30 Eur.

MALIPIERO G.F. :

–         Serinissima. Universal edition. Poche. 48p. PX. 8 Eur.

–         San francesco d’assisi. Ed. Chelter London. Numerotéé/250 Ex. (EO). In 4 64p. Px 50 Eur.

MANNINO FRANCO :

–         Nirvana. Op 209. BOccaccini/ Spada. In 8 30p. Px 9 Eur.

–         Music for angels (for archi e pianoforte). Ed Ricordi In 4 18p. Px 15 Eur.

–         Motteti strumentali. Ed. Ricordi In 4 3àp. 25 Eur.

MARTINON JEAN :

–   Symphonie N° 4 TH. Presser company. In 8 163p. Px 35 Eur.

MASSIAS Gerard:

–         Faciès. Ed. Jobert In 4 24p. Px 50 Eur.

MAXWELL DAVIES Peter :

–         Veni sancte spiritus. Boosey/Hawkes. Poche 40p. Px 10 Eur.

–         First fantasia on an in nomine of John Carmpenter. Schott 10818. In 12 38 p. Px 12 Eur.

MEHUL Etienne :

–   Symphonie N° 2 en Ré Majeur. Ed. Transatlantiques. In 8 98p. Px 12 Eur.

MENDELSSHON Felix :

–   5 ouvertures. Partition ed. Peters ancienne. Manque couv. In 4 132p. Px 20 Eur.

MICA Jan Adam Frantisek :

–   Concerto Notturno In DIS. Prague. In 4 68p. Px 40 Eur.

MIGOT Georges :

–   Le livre des danceries. Ed. Leduc. Poche. Px 94p. Px 20 Eur.

MIHALOVICI Marcel :

–         Symphonies pour le temps present. Op 48 In 8 Ed. Max Eschig. 104p. Px 20 Eur.

–         Musique nocturne. Ed. Leduc. In 8 34p. Px 10 Eur.

MUDGE Richard :

–   Concerto en Dm N° 4 pour cordes et basse continue. (arr ; G ; Finzi) Ed. Boosey In ‘4 30p. Px 20 Eur.

NORDHEIM Arne :

–   Magma. Ed. Hansen. In 2 78p. Px 50 Eur.

RIVIER Jean :

–         le déjeuner sur l’herbe. Poche. Ed. Transatlantique. Px 5 Eur.

–         VI° Symphonie en Mi. Ed. Salabert. In 8 160p. Px 15 Eur.

–         VII° symphonie en Fa. Les contrastes. Ed ; Salabert. Petit In 8 103p. Px 10 Eur.

–         Musique pour un ballet. Ed ; Salabert. Petit In 8 118p. Px 10 Eur.

–         Concerto en Ut. Piano/orchestre. Ed Billaudot. Poche Px 10 Eur.

SZELIGOWSKI Tadeusz:

–         Wesele lubelskie. Ed; PWM. Cracovie. In 4 116p. Px 65 eur.

TAHIRA Yoshihisa:

–         Hierophonie 3. Ed. Rideau rouge. Format 40/25 cm. 52p. Px 80 Eur.

WAGNER RICHARD :

–         Die Walkure. Ed. Schott (ancien). In 12 Relié 1100p. Texte  All. FR. ANG. Px 25 eur.

Publié dans commerce | Laisser un commentaire

Michel Vigneron : Calais Jungle. Ed Sirius. Coll. « Regiopolice” 2012

michel vigneronErrant dans l’immense foire à la saucisse qu’est devenue le marché du polar, (3 euros le Kilo, 5 euros les deux), le lecteur égaré peut toujours faire confiance à quelque labels prestigieux  mais aurait tort de négliger un label historique comme « Gérard de Villiers inc.», qui fut, et ça,  peu de gens le savent, le premier éditeur français de James Lee Burke. C’est donc sous les auspices de ce grand progressiste de Gégé De Villiers que parait cette collection « Régiopolice », collection dont je ne sais à peu près rien si ce n’est que son simple intitulé semble faire office de cahier des charges : Une histoire régionale et des flics régionaux. Si le concept parait immédiatement moisi, comme le sont toutes les démarches alliant Polar et régionalisme (non par définition mais pour de nombreuses raisons qu’il conviendra d’expliquer plus tard, un jour) , il n’empêche  que « Calais Jungle » correspond tout à fait au programme pour la bonne raison que ce qu’il se passe à Calais,  aux alentours de la zone dite « la jungle », est extrêmement singulier, et, mieux que ça, revêt une dimension internationale et universelle. Nous avons donc une exemple parfait de ce que s’acharne à démontrer le discours régionaliste habituel (Occitan, Breton, Corse etc..), les particularismes visent à l’universel, on peut militer pour la réhabilitation du patois du haut-Braczou et être internationaliste, voir universel.

Bien, j’avais lu une nouvelle de Michel Vigneron dans un recueil caritatif et j’avais apprécié la manière dont l’auteur avait allié la thématique téléthonesque et l’écriture noire, encore que sur ce coup là, ça m’avait semblé être rédigé à la bétonnière et au gros gravier. Si bien que j’ai été très agréablement surpris par la maitrise totale de l’écriture polardeuse dont fait preuve l’auteur dans ce « Calais Jungle ». L’auteur, tel un vieux bassiste dans un orchestre de bal-mariage-baptème et tout évènement festif (ambiance assurée), déroule sa partition sans aucune anicroche. Certes, il ne fait ni dans la musique de chambre, ni dans le free Jazz ; il fait dans le gros musette, (ou,  dirais-je, dans le blues-rock) reste concentré sur sa ligne de basse tout en se permettant quelques improvisations célestes sans jamais égarer le reste de l’orchestre. La scène ou le flic rumine sa haine des « bobo-gauchistes » (sic) tout en écoutant deux poivrots fachos tresser des lauriers à l’action sanitaire de la police révèle un vrai talent de compositeur. Tout ça pour dire que sur la forme, je trouve que ce roman approche la perfection.

Sur le fond, (et, je tiens à le dire, cette question de fond/forme n’a aucune pertinence car le livre est bon, mais moi aussi, j’ai droit à la feignasserie intellectuelle) je ne trouve rien à redire. Le sujet du livre, pour ceux qui ne l’auraient pas compris, est la situation des migrants bloqués à Calais, migrants qui moisissent dans l’espoir de passer an Angleterre. C’est une situation totalement ubuesque et objectivement tragique. Ca se passe en France et un des immenses mérites de ce roman est de nous brosser un tableau réaliste de la situation. Michel Vigneron met en scène un commandant nommé Orca, commandant plus proche de Charles Bronson que du Adamsberg de Fred Vargas (Pour simplifier, un gros bourrin,  connard au grand cœur tels que souvent, ais-je remarqué, les auteurs fonctionnaire de police se plaisent à mettre en scène). Cet Orca, au physique d’homme des cavernes, se retrouve à enquêter sur une sale histoire de mère Afghane clandestine et sauvagement infanticide. A partir de là, l’auteur utilise tous les ingrédients locaux (police, migrants, politique, autochtones et militants humanitaires) et nous cuisine un plat local qui sent la merde. Je ne suis pas sur, par ailleurs, d’avoir déjà lu un polar où les allusions à la matière fécale soient si redondantes, sans que cela nuise au propos, ce qui tend à démontrer qu’a Calais, ville certainement dotée de charmant atouts touristiques, ça sent réellement la merde. Je n’ai aucun mal à le croire car d’une part, j’exerce un emploi qui me confronte à la réalité des sans papiers, et d’autres part,  je buvais l’apéro récemment avec mon ami G.,  qui habite à proximité du guichet des étrangers à la préfecture de Marseille, rue St Sébastien, et qui m’alertait du mécontentement des riverains face au problème des étranger(e)s qui,  passant des nuits entières devant la porte dans le simple espoir d’un rendez-vous, chient occasionnellement  devant leurs portes. Et ça pue. « Qui nous entend, nous les simples riverains ? » me demandait G. auquel il serait très malvenu de prêter des intentions bleumarinistes.

C’est là que le roman se révèle plutôt adroit. Il ne tombe ouvertement dans aucune démagogie. Il brosse un tableau de la situation, une situation de merde, totalement inhumaine. Certes, on n’est pas obligé d’adhérer à tout ce que dit l’auteur et aux divers jugements que ses personnages  profèrent sur tels ou tels aspects du problème, on peut reprocher au livre son manque de discernement et de visions politiques, son humour malvenu, son point de vue de flic au service de la répression (encore que ça m’étonnerait que ce livre soit nominé au prix du quai des orfèvres, pas plus que le prix de l’office de tourisme de Calais (encore que..)) son anti-gauchisme latent ou au contraire son parti-pris pour ces étrangers qu’ont rien à faire ici,  son intrigue dont on ne sait pas trop si c’est du lard, du cochon ou de la viande Hallal, son final sanguinolant et grotesque (on est chez De Villiers hein!).. on peut.. mais ce serait minimiser la formidable qualité de ce polar qui provoque une violente prise de conscience sur une situation absurde, dramatique, tristement contemporaine et à très court terme dangereuse pour la démocratie, prise de conscience, et c’est important, accessible à tout lecteur et dénuée de prosélytisme grossier. Ca représente, à mon gout,  un peu l’honneur du polar tout ça.

Reste à imaginer que si les bourgeois de Calais livrèrent les clefs de la ville aux Anglais, c’est peut-être bien en s’attelant à un problème de serrurerie générale et planétaire qu’on pourra commencer à aborder sereinement tous ces problèmes, en attendant, on peut toujours lire ce livre.

Publié dans critique polar, Uncategorized | Laisser un commentaire

JAMES M. CAIN : GALATEE (presses de la cité- Un mystère N°165- 1953)

Ce roman m’avait été indiqué par mon ami Robert, grand connaisseur en polar, littérature populaire, contre-culture et expert en affiches de cinéma. J’écrivais à l’époque un roman qui mettait en scène un groupe terroriste qui luttait contre l’alimentation industrielle en vomissant partout. Ce livre n’est pas terminé. Soucieux de lire ce qui avait pu être écrit dans le polar autour du sujet de l’alimentation trouble, j’avais demandé des références aux quelques initiés que je fréquente. Robert qui n’avait pas répondu immédiatement à ma requête me cita, quelques mois plus tard,  « Galatée » de James M. Cain. Il me fallut encore quelque mois pour le trouver et plusieurs années pour me décider à le lire.

Galatée est pour moi un polar de très haut niveau malgré un gros problème de traduction ou d’écriture bâclée. J’ignore s’il existe une biographie de l’auteur qui pourrait m’éclairer sur les circonstances de l’écriture (et on a envie par ailleurs de connaître les sources de son inspiration, peut-être trouverais-je une piste dans ses ecrits journalistiques). Je ne parviens pas à déterminer s’il a lui-même écrit ce roman trop rapidement, si la traductrice, pourtant habituée au genre (elle a traduit Ambler, Ellery Queen..) avait des impératifs de temps, s’il elle n’a pas saisi le style unique de M. Cain, privilégié l’aspect mélodramatique au profit de la mécanique de l’intrigue ou si c’est moi qui ai mal lu. Bref, certaines répliques tombent totalement à plat, d’autres semblent en dehors de la tension de la scène.

Malgré également une construction un peu bancale dans la mesure ou toutes sortes d’éléments surviennent de manière un peu anarchique (ce qui privilégierait la thèse de l’auteur pressé), ce roman m’apparaît comme une pure merveille du genre. Comme souvent chez M. Cain, nous sommes en plein mélodrame. Un homme aux abois va tomber amoureux d’une femme ambivalente et vivre une passion vénéneuse. Cette fois ci, l’originalité réside dans la personnalité de la femme qui est une obèse morbide « c’est glandulaire » ne cesse-t-elle de répéter en s’empiffrant monstrueusement. La manière dont l’auteur va évoquer cette pathologie honteuse, tellement stigmatisante et quasiment subversive dans l’Amérique consumériste, à l’époque où chaque foyer s’équipe de frigos aux dimensions de porte-avions, est d’une implacable logique.  Merveille du polar car avec une écriture simple, compréhensible par tous, avec des scènes qu’on a tous lu ailleurs, des éléments extrêmement basiques, il va plonger le lecteur attentif dans un univers d’une sidérante noirceur lorsque celui-ci aura tout les éléments en main et découvrira les dessous de ce mélodrame hollywoodien. C’est une attaque impitoyable sur ce qui fonde l’Amérique, les pionniers, l’esclavagisme et la gloutonnerie consumériste. Nous sommes en 1953 et ce livre, si peu édité en France (un retirage en 10/18 dans les années 80, j’ignore ce qu’il en est pour le reste du monde) garde toute sa puissance évocatrice.

Je rajoute qu’il est aussi, à travers les redoutables pulsions galatée qui jalonnent le récit, une étude visionnaire sur la pathologie de l’obésité et je ne suis pas certain, pour avoir beaucoup lu sur tout ce que l’on inclue dans « les troubles du comportement alimentaire » que dans les années 50, la médecine était forcement  plus avancée que le polar.

Publié dans critique polar, Uncategorized | 4 commentaires

TUEURS, FOUS ET DEMI FOUS, TRUANDS, POLICIERS, PRISONS ET CRIMINOLOGIE.

criminels crapuillot policearnaud prison alcool

Frais de port inclu danc chaque prix. Donc remise importante pour plusieurs livres commandés. Pour commander, se renseigner, me dire bonjour ou recevoir le catalogue général: tontonhulk@hotmail.com

AFFAIRES- TRUANDS- MILIEU :

 

Auriol Tuerie d’

Massacre à Auriol. Patrice Chairoff. Ed. du Mascaret. 1985. Px 10 Eu.

Bazal Jean :

Le milieu and co. Confidences d’un journaliste. Ed. Hérmé. 1990 15 Eur. (sur le milieu marseillais)

– Le clan des Marseillais. Des Nervis aux parrains 1900-1988). Ed. J.M. Garçon. 1989 Px 18 Eur.

Browning F./ Gerassi J. :

–  Le crime à l’américaine. Fayard. 1981. Px 15 Eur. « Sur la maffia américaine »

Crapouillot le :

–   Les truands. 1987. Px 10 eur.

Lenzini José :

–   Arreckx Senater et… Parrain ? Ed. Plein Sud. 1995 Px 14 Eur.

Masson René :

–  Haute pègre. Presses de la cité 1969 (sans jaquette). Px 15 Eur

Marcilly Jean :

–  Histoire secrète du milieu. Famot 1979. Trois tomes reliés Skaï. Px 20 Eur.

Mesrine Jacques :

–  L’instinct de mort. Flammarion. 2008. Px 14 Eur.

Morin Marcel/Missen François:

-La planète Blanche. Ed. Tsuru 1990. Px 14 Eur. « sur la french connection »

Passevant Roland :

Boxing Business. Ed. Fr. Réunis. 1973. Px 12 Eur.

Piat Yann (affaire) :

–  L’affaire Yann Piat. A. Rougeot/Verne J.M. Flammarion. 1997. Px 10 Eur.

Rimbaud Edouard :

–  Doudou. Gallimard « La noire » 2000. Px 14 Eur. »formidable témoignage d’un repenti de la french-connection, par ailleurs auteur de la série noire et amoureux des livres ».

Sanchez Euleterio :

–   El Lute. Seghers 1979. Px 18 Eur.

Sarrazin James :

–   Dossier M comme milieu. A. Moreau ed. 1977. Px 20 Eur.

Spaggiari Albert :

Journal d’une truffe. Albin Michel. 1983. Px 25 Eur.

Turkus Burton B./Ferer Sid :

– Société anonyme pour assassinats. Gallimard « l’air du temps » 1953. Relié cuir-bel objet Px 30 Eur.. « sur la maffia américaine »

 

 

TUEURS, FOUS, ASSASSINS ET INNOCENTS :

 

Bouchardon Pierre :

l’énigme du cimetière Saint Aubin.. Edition de Cremille 1997. relié. Px 14 Eur. « affaire Combette »

Bouffioux Michel :

Dutroux et Consort. La face cachée de l’enquête. Gd Livre du mois. Px 15 Eur.

Bourgoin Stéphane :

–  Serial Killer- Enquête sur les tueurs en série. Nlle Ed. 2003 Px 12 Eur.

–  Le livre noir des serials killers. Grasset 2004. Px 16 Eur.

Cuisinier Rémi. L’Assassin des bergères- Lyonnais et Forez.

Auto édition. 2001 Px 12 Eur. « sur Joseph Vacher- Etude sérieuse et documentée »

Cullen Robert.

 L’ogre de Rostov. Presse de la cité 1993 Bon état. Px. 12 Eur.

Demongeot Isabelle :

–  Service Volé. Une championne rompt le silence. Michel Lafon. 2007. Px 15 Eur.

Dils Patrick.

Je voulais juste rentrer chez moi. Michel Lafon. 2002. Px 9 Eur.

Innocenzi Paul Claude.

L’énigme de Pelissanne. Jérémy Cartland. Coupable ou innocent. Presses de la cité. 1973. Px 10 Eur.

Jones Gayl :

– Meurtrière. Ed. Des femmes. Px 7 Eur.

Larue Sylvain.

Tueurs en série de France. De Borée ed. Px 20 Eur.

McGinniss Joe :

–  Cruelle incertirude. Affaire Von stein. J’ai lu. « crimes et enquêtes » 1993 6 Eur.

Martin Raymond.

Morts suspectes. Les vérités d’un médecin légiste. Calmann-Levy. 1992. Px 9 Eur.

Montet Laurent.

Tueurs en Série- Analyses d’un profileur français. Bon état  Ed. Du Rocher. Px 12 Eur.

Perisset Maurice.

Criminels Hors série. Plein sud. 1996. Px 10 Eur.

Poindron Pierre Yves :

–  Histoires criminelles de Provence. In 12 relié. Presses de la renaissance. 1980. Px 18 Eur.

Rais, Gilles de :

–   Cahiers Gilles de Rais. N°1. 1992. In 8 Br. 60p. px 15 Eur.

Roland Paul.

Serial Killer duos. Ed. Original-Book. 2010. Px 12 Eur.

Roussel Michel :

–  Homicide 31. Au cœur de l’affaire Alègre. France loisir 2004. Px 10 Eur.

Singer Kurt :

–  Mon plus beau crime- 22 affaires criminelles extraordinaires. Gallimard. 1957. Coll « l’air du temps ». Px 18 Eur. Compilations d’affaires criminelles insolites et de tout pays.

Thevenin Raymond :

– Criminels fous et truands. Les grand procès d’assises. Fayard. 1970. Etat d’usure.  Px 10 Eur. « Parricides, infanticides, fous et demi fous »

Tichané Gisèle.

Coupable à tout prix-l’affaire Luc Tangorre. Ed. La découverte. 1985. Px 14 Eur.

Vézard Frédéric :

–  La France des tueurs en série. J’ai lu poche. 2004. Px 5,5 Eur.

Vinet Maryline :

Être la fille d’Emile Louis. Michel Lafon. 2003. Px 12 Eur.

POLICE-JUSTICE-PRISON-DIVERS.

 

Ambre Joannès :

–   Je ne me tairai jamais. Ed. R ; Laffont. « Vécu. » 1979. Px 13 Eur. « Avocat, gang des lyonnais, brigades rouges, Patrick Henry.. etc.. »

Andrieux :

–  Souvenirs d’un prefet de police. 1885. Tome 1. Relié état Médiocre complet. Px 15 Eur.

Arnaud Georges :

–   Prisons 53. Julliard. 1953. Px 20 Eur. « Reportage journalistique »

Bocognano Jean :

–   Quartier des Fauves. Prisons de Fresnes. Préface de J. Isoni. In 12 Br.Ed. du Fuseau 1953. Px 9  Eur.

Brunet Jean Paul ;

–   La police de l’ombre. Indicateurs et provocateurs dans la France contemporaine. Seuil. 1990. Px 15 Eur.

Crapouillot Le :

–  Les mystères de la police secrète. Tome 1 et 2. Mai-Juillet 1936. Px 30 Eur.

–  A bas les prisons. 1953. Px 18 Eur.

Diennet Marcel :

–   Le petit Paradis. Robert Laffont. Coll. Vécu. 1972. Px 12 Eur. « Marcel Diennet, infirmier à la prison de Fresnes dans les années 70 »

Gastin Louis :

–   L’enfance criminelle et son Salut. Ed. La vie claire. 1954. Px 15 Eur.

Gabychev Leonid :

–  Le goulag des enfants. Plon. 1992. Px 14 Eur.

Groussard Serge :

–   Jeunesses sauvages. Gallimard « L’air du temps » 1960. Envoi dédicacé. Sp. Px 20 Eur. « blousons-noirs- teddy boys-hooligans.. etc.. »

Hamon Alain-Marchan J.M. :

–  Dossier P. comme Police. Ed. Alain Moreau. 1984. Px 12 Eur.

Henri Brigitte :

–   Le renseignement, Un enjeu de pouvoir. Ed. Economica. 1998. Px 12 Eur.

Joyeux Maurice :

–   Mutinerie à Montluc. Ed ; La rue. 1971. Px 15 Eur.

Joubrel Henri :

– Mauvais garçon et bonnes familles. Causes, effets, remèdes de l’inadaptation des jeunes à la société. Aubier. 1959. Px 9 Eur.

Péan Charles :

– Terre de Bagne. Ed. Altis. 1933. Autographe de l’auteur. In 12 Br. Px 20 Eur.

Perrin Paul :

–  Alcoolisme, criminalité et délinquance. L’alcoolique devant l’expert et le juge. Imprimerie Alain. Non daté- Années 60. Px 9 Eur.

Pesnot Patrice :

–  Les détéctives de l’impossible. La police scientifique contre le crime. Denoel. 1999. Px 12 Eur.

Scott harold :

–   Scotland Yard par son chef (1945-1953). Gallimard Coll. « l’air du temps ». 1955. Px 15 Eur.

Sicot Marcel :

–   Servitude et grandeur policière. 40 an à la sureté de Paris. 1959. Px 20 Eur.

Stevens Gérard :

–   La parole est à la defense. Même seul contre tous : L’avocat !..1947. Px 12 Eur « plaidoieries diverses »

Thorwald Jürgen :

–   L’heure du détéctive. La grande aventure de la criminologie. Albin Michel. 1969. Px 18 Eur.

Publié dans commerce | Laisser un commentaire

Serge Reynaud : Chroniques de la main courante- histoires vécues (Bourrin 2009- pocket 2012)

reyanaudVoila donc un recueil d’une centaine de petites histoires sur le quotidien du travail de la police, histoires livrées sans logique apparente, en vrac, ou comme on dit dans la brocante, au cul du camion (de CRS). L’auteur se nomme Serge Reynaud et je l’ai rencontré à plusieurs reprises, soit sur des salons du polar, soit dans le quartier puisque nous sommes voisins et amis.

Il m’a offert son livre il y a plusieurs mois et j’avoue avoir été un peu long à m’y plonger car, j’ignore pourquoi, j’ai toujours une légère réticence à lire les livres des gens que j’apprécie. Pas facile de dire à un collègue que son livre est une daube, même si ça reste le meilleur moyen d’éprouver son amitié.

J’ai donc entamé la lecture, passé sans encombre les premières histoires et ai rapidement constaté que ce livre prenait à contre-pied tous les romans, essais, films et séries télévisées consacrées à la police. Il y a quelque chose d’extrêmement singulier dans ce livre. Imaginez un bon roman du grand Joseph Wambaugh dépouillé de toute construction romanesque, de toute intrigue et seulement constitué des meilleurs morceaux, ses meilleures blagues, son meilleur humour noir, ses meilleures histoires invraisemblables, ses situations tragicomiques, tous ce qui fait qu’on adore cet auteur. Les histoires de Serge Reynaud, c’est un peu ça. Formellement, il traite ses anecdotes plus à la manière d’un Roald Dahl, misant tout sur la chute et beaucoup de ses petites saynettes sont incontestablement réussies puisqu’il m’est arrivé, au moment du final, de rire comme un bossu pour plonger brusquement, à l’histoire suivante, dans une profonde mélancolie ou une noire sidération. Alors ce qui se révèle singulier c’est que Serge Reynaud n’a pas de prétentions littéraires dans ce livre, je pense qu’en premier lieu, il veut faire passer un message mais il parvient, par sa pratique de l’écriture et son art de la chute à nous faire croire que peut-être, ce que nous lisons est de la pure fiction. C’est assez balèze.

Et c’est là que réside, d’un point de vue formel, une autre qualité de l’ouvrage. J’invite tout scénariste, écrivain de polar à lire cet ouvrage car il est truffé de situations qui, réutilisées parcimonieusement donneront incontestablement un cachet d’authenticité à votre travail, du moins pour ceux dont c’est le but. Juste l’exemple le plus simple possible, prenez un flic qui ne sait pas lire les chiffres romains, (il y en a un dans le livre), mettez en un dans votre commissariat fictionnel et ça boostera le crédit de votre histoire.

Maintenant, que veut nous dire Serge Reynaud ? Parce qu’un fois qu’on a bien rigolé et qu’on a bien pleuré, qu’on a pris un réel plaisir de lecture, que reste-t-il ?

Tout d’abord, on voit bien que l’auteur aime son travail (il le précise à la fin, inutilement), tout autant pour l’adrénaline que pour la haute idée qu’il a de sa mission. Il le dit avec beaucoup de sincérité. Cette absence de faux-semblant est appréciable. Je me suis à un moment de la lecture étonné de voir que tout ce qui pourrait attenter à l’honneur de sa corporation était assez peu présent dans le livre. Point de flic alcoolique libidineux, point de tabasseur, point de ripoux, point de crapule en uniforme. Ils semblerait qu’ils n’aient pas leur place dans ce livre et j’en ai déduit qu’évoquer ces tristes figures était peut-être au-delà de ses forces. Ca n’est pas un reproche car il n’hésite pas en revanche à livrer sans retenues des situations peu glorieuses pour lui ou ses collègues, des situations ou il se dégoûte lui-même, des erreurs de jugements, des a priori fâcheux. Il n’hésite pas non plus à dresser un tableau assez inquiétant d’une police totalement hiérarchisée, avec ses artistes et ses trimards, aussi courtelinesque que kafkaïenne, quelquefois totalement dépassée par les évènements, au personnel parfois en proie à de profondes dépressions, quelquefois vraiment inquiétante pour le citoyen. tout cela est dit et très bien dit. J’en viens à pressentir que peut-être, s’il veut évoquer ce qui salit réellement le prestige de la police, alors là, peut-être devra-t-il utiliser la pure fiction.

Au final,  le livre procure des éléments visant à préciser le rapport que chacun a avec la police. Qu’il la haïsse ou qu’il la vénère, la lecture de ce livre ne peut qu’affiner le jugement de chacun vis-à-vis des représentants de l’ordre, tout simplement parce qu’il est sincère et la sincérité, c’est rare.

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

G.J. ARNAUD : RAISON PERDUE Fleuve noir N° 1506. (1979)

Je considère G.J. Arnaud comme un auteur essentiel du polar français, aussi important qu’un Frédéric Dard ou qu’un André Héléna et je crois, plus important que tout le néo-polar. Je n’ai lu qu’un quart de son œuvre polardeuse mais garde un souvenir puissant de chacune de ces lectures. Alors bien sur, il n’est pas un auteur raffiné comme un Manchette, il n’est pas un esthète du crime et il n’est pas un donneur de leçons politiques. Il est souvent absent des études sur le polar, ne figure pas dans « la brève histoire du roman noir » de J.B. Pouy mais il possède cette aura qui fait que lorsque vous rencontrez un des lecteurs de sa prolifique œuvre noire (j’ignore ce qu’il en est pour la S.F.), vous rencontrez un frère, une sœur. Un jour viendra ou un type plus sérieux et moins feignasse que moi étudiera le sujet et déterminera avec précision les rouages de ses intrigues, la singularité de son style décoffré, l’acuité de son regard, la pertinence de ses thématiques, tout ce qui fait son indémodable modernité.

« Raison perdue » met en scène un psychologue et une jeune fille internée en psychiatrie. Celle-ci ne cesse d’accuser ses parents d’être des meurtriers. Le psychologue va mener l’enquête.

Tout va redoutablement s’enchaîner. La construction est parfaite et comme toujours avec Arnaud, il n’y a pas un paragraphe inutile, pas une ligne qui ne soit au service de l’intrigue. Chaque personnage est décrit par quelques traits de caractère, deux ou trois détails physiques. Les divers protagonistes ne jouissent d’aucune liberté. Tous sont prisonniers de leur représentations sociales. Ils sont comme nous, ils subissent et c’est peut-être ce qui nous les rend si familiers.

L’intrigue va nous mener dans divers univers : la psychiatrie et ses rapports de pouvoirs, des agents immobiliers du Var,  tout un monde de notables unis dans la domination, les restes d’une communauté hippie de la haute Ardèche (seul endroit respirable du roman).

Un personnage fantôme traverse tous ces lieux, un vieux viticulteur de Rivesaltes « toujours prêt à offrir une bouteille de son muscat aux gens qui lui plaisent », personnage qui représente l’ancien monde, celui d’avant les trente glorieuses, le seul ( avec les femmes de la communauté) à sembler avoir gardé une humanité. Il va se faire broyer.

Je termine cette chronique en envoyant un message à mes amis viticulteurs du département 66. Pour avoir vécu et travaillé avec vous assez longtemps, je vous invite à lire ce livre car il recèle un fort potentiel publicitaire pour vos vins doux naturels. Une bouteille de muscat joue un rôle très positif. Les seuls actes bienveillants du récit (avec l’hospitalité des gardiennes de chèvre de la communauté hippie) sont ceux ou un viticulteur du Roussillon offre ses bouteilles à divers protagonistes. Ce type est généreux. J’en ai connu beaucoup des comme lui, du temps ou sur un grand panneau officiel, planté sur la route d’Estagel, le message suivant disait « Etranger, si tu t’installe au pays, on t’aidera ». Alors plutôt que de dépenser des centaine de milliers d’Euros dans des campagnes publicitaires visant à imposer un improbable coté « hype » à vos produits, revenez au caractère fondamental du muscat, sa générosité. Vous comprendrez en lisant le livre.

 

Un téléfilm a été adapté de ce roman « raison perdue » de Michel Favart (1984), avec Emmanuelle Béart.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire